Archives janvier 2015

Paris "capitale du monde" avec une marche historique contre le terrorisme.
Paris, "capitale du monde" contre le terrorisme: des centaines de milliers de personnes et une cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernement convergeaient dimanche pour une marche immense et inédite d'hommage aux 17 personnes tuées par trois jihadistes français.

Dirigeants du monde entier, partis, syndicats, groupes religieux juifs, chrétiens, musulmans, associations, personnalités vont accompagner cette foule monstre. Tout semble ainsi réuni pour faire du 11 janvier, avec sa marche républicaine, un jour historique.

"Paris est aujourd'hui la capitale du monde", a salué François Hollande à la mi-journée. "Le pays tout entier va se lever vers ce qu'il a de meilleur".

La place de la République était déjà noire de monde avant 13H00, soit plus de deux heures avant le début officiel du début de la marche (15H00).

Plusieurs dizaines de milliers de personnes, dont des enfants, s'étaient amassées autour de la statue centrale de la place de la République, avec de nombreuses pancartes "Je suis sur place". "Charlie, Liberté!", a scandé la foule, où flottent de nombreux drapeaux français vendus à la sauvette. Des Marseillaise s'élèvent de temps à autres.

C'est "un vrai signe de la force de la France. Que la France, elle est forte, elle est unie contre toutes ces personnes" extrémistes, se réjouit Lassina Traoré, un Français de 34 ans de confession musulmane venu lui aussi très en avance.

Cette marche était au départ un hommage aux victimes de jihadistes revendiqués, à commencer par les irrévérencieux dessinateurs de Charlie Hebdo massacrés mercredi, puis une jeune policière tuée jeudi, et quatre Juifs assassinés dans une supérette casher vendredi.


Source : AFP
A Gustavia comme à Paris ou autres villes de France, la mobilisation a été de taille, près de 500 personnes ont répondu présent à l'appel lancée pour un rassemblement devant l'hôtel de la collectivité ce dimanche 11 janvier vers 18 heures.
De nombreuses personnalités étaient présentes, des élus de la collectivité, dont bien sûr, le Président Bruno MAGRAS qui a appelé à une minute de silence, avant que ne retentisse la marseillaise par l'ensemble des personnes présentes. Une manifestation remplie d'émotion, et de respect pour les victimes de ces attentats.