Tribord à mur...

LA VOILE TRADITIONNELLE A ST-BARTH
Dans les années 1950, les pêcheurs utilisaient les troncs de gommiers pour réaliser leurs pirogues.  Ces embarcations taillées à la force des bras mesuraient 5 à 6 mètres.
Des avirons et une petite voile étaient nécessaire afin de se rendre sur les lieux de pêche à quelques miles nautique des côtes.  La pêche côtière était effectuée sur des bateaux plus petit :les doris(elle pouvait être équipée d'un voile et d'une fausse quille).Pour les fêtes de quartiers ces différents types de canots se retrouvaient sur l'eau pour des régates .Ces boulines se faisaient entre les îlets bordant l'île.
Dans les années 1960, de nouveaux bateaux non-pontés faisaient leurs arrivés sur l'île.
Ils mesuraient 5 mètres et possédaient une quille et une coupe en V. Les pêcheurs les utilisaient essentiellement avec des moteurs pour sortir en pêche.
De la même manière ces canots étaient équipés d'un mat  et de voiles pour les boulines estivales et les fêtes nationales.  On les lestait de galets et de sacs de sable.  La voile traditionnelle prenait alors son essor et chaque bouline déclenchait une grande effervescence sur les quais ou sur les plages de quartiers.  C'était devenu une véritable passion.  Les noms résonnent encore dans nos têtes: Titanic, Le Roi de la mer, Le Normand, Le Lisette, Le Flach,  L'Atlas, le Patsy et l'Eclair.
A partir de 1975, la relève n'étant pas assurée par de nouveaux bateaux et les jeunes ne se sentant plus concernés, la voile traditionnelle perdit de sa valeur durant plus d'une décennie.
C'est en 1988 que la nouvelle génération de canots traditionnelle arriva à St Barth .Le M. KORBO était le premier.  Ce bateau était construit en Guadeloupe par les chantiers Forbin. Tous les week-ends ce bateau faisait des apparitions sur le plan d'eau devant Corossol.
Une question se portait sur les lèvres de beaucoup d' amateurs de la voile traditionnelle: et si on relançait la tradition?
Jusqu'en 1994, la voile traditionnelle connaît de nouveau un apogée. Des bateaux sous le nom de : Puchotte, La Belle du vent, Le Dauphin, Joshua, Au bon vieux temps, Flamme, Poisson volant, Eagle, Shadow.
Pendant toutes ces années les équipages se livraient  à des régates exceptionnelles lors des fêtes de quartiers, du championnat de St Barth.
Les meilleurs d'entre eux et les plus réguliers se déplaçaient même aux Saintes et en Guadeloupe pour aller défier les équipages locaux.  Les résultats de nos bateaux pays furent excellents avec de multiples victoires et place d'honneurs.
La population de l'île vibrait au rythme de ces régates, les sponsors faisaient alors leurs apparitions, de nouvelles générations de marins s'intéressaient à ce type de boulines.
C'était devenu de la compétition avec tous les règlements et les lois qui régissent de tels évènements.
En 1994, deux nouveaux bateaux pays dessinés par luc Poupon et construits sur l'île sont présents.  De jauge différente par rapport aux bateaux existants, il ne font pas l'unanimité sur St-Barth et sont exclus des régates de la Guadeloupe. Budget et Dedet's Girl qui sont des prototypes de la voile " traditionnelle" raflent toutes les victoires dans tous types de conditions météo.  La voile traditionnelle perd de son intérêt, les spectateurs sont moins passionnés, les équipages sont moins motivés car les régates sont jouées d' avance.  Il est décidé  d'établir une pénalité de 3 minutes par course contre ces 2 bateaux.  L'équilibre est plus ou moins rétablis en temps à l'arrivée.  Mais sur le plan d'eau on assiste à 2 régates, le but étant de réduire au minimum l'ecart avec ceux-ci à l'arrivée.
Après l'ouragan LUIS, les bateaux sont de moins en moins nombreux à participer aux régates.  C'certains canots sont abîmés et exigent des réparations.  La motivation étant absente, des bateaux sont laissées à l'abondant.
A  partir des années 2000, malgré les deux classes de bateaux pays, les passionnés veulent croire de nouveaux aux boulines et donc relancer la voile traditionnelle.
L'Eclair est reconstruit tel qu'il était en 1970, La Belle du vent, Eagle, Dauphin, Poison volant sont à nouveaux présent.  Le cas de JOSHUA est beaucoup plus critique: il est en grande parti à refaire. L'association du village  de Corossol (ALC) décide de  chercher des sponsors afin de remettre Joshua sur les flots, chose faite durant l'été 2003. Pour les fêtes de quartiers durant l'été 2003 toute la flotte de bateau pays est présente pour les régates.
Après les 2 dernières régates de fin d'année qui a vu le retour de l'Eclair avec des mensurations identiques à Joshua et les autres, il est décider de mettre en place pour 2004 un championnat de St-Barth de voiles traditionnelles.  Ainsi qu' un Challenge des fêtes durant l'été.
Fin des années 80, la voile traditionnelle renaît tout doucement et un nouvel élan se fait ressentir auprès des passionnés.
Après l'arrivée de M.KORBO et de PUCHOTTE, le centre culturel de  St-Barth décide de passer commande de 2 bateau-pays en guadeloupe: LA BELLE DU VENT est remise à l' AJOE et le DAUPHIN à l'ASCCO en 1989. En 1990 , de la même manière EAGLE est remis à OUANALAO et JOSHUA à l' ALC. C'est associations reçoivent une subvention annuelle de la mairie afin d'aider aux frais de rénovation et de réparations.  En contre partie les associations se doivent de les entretenir et de les faire régater.Il est à noter que pour avoir des voiles de qualités et toujours performantes, la recherche de sponsors est nécessaire.
Pourquoi le nom JOSHUA?

Ce non a été choisi par le comité de l'ALC en mémoire de l'histoire vécu du bateau JOSHUA de Bernard MOITESSIER. Ce marin de réputation mondial a effectué un tour du monde en régate avec son bateau JOSHUA alors qu'il était en tête après le Cap horn, il n'avait plus que la remontée de l'océan atlantique devant l'étrave et de passer en vainqueur la ligne d'arrivée.  Il en décidera autrement, il entrepris de repartir vers l'océan  indien  à vitesse de croisière afin de découvrir la planète et de vivre autrement.  Il abandonna la course et son histoire deviendra une légende.
A son arrivé à St- Barth, le bateau JOSHUA est blanc avec un visage de marin-pêcheur dessiné sur le cotés. L'équipage commençait à trouvé ces marques et très rapidement JOSHUA affirmait son potentiel et sa vrai valeur.  Il était maintenant mener par une équipe de marins motivés et de qualités.  Il était redouté.




Mais il était temps de donner la vraie couleur de JOSHUA, c'est-à-dire le ROUGE. vers 1992, l'ALC décida de lui mettre sa nouvelle robe. Il était devenu le bateau à battre. Il faisait vibrer le coeur des corossoliens et il était près pour les grandes échéances.
Entre les années 90 et 95, Joshua remporta beaucoup de victoires et était devenu un des trois meilleurs bateau-pays de la flotte avec M.KORBO ET La belle du vent (plus souvent appelé La BELLE). Il y a eu des régates à couteau tirés entre ces 3 canots soit pour le titre local de champion, ou le titre de meilleur bateau local lord des challenges des Îles( venu des bateaux de Guadeloupe et des SAINTES) et même pour le titre suprême chez nos voisins SAINTOIS Ce fut des boulines mémorables.
Avec l'arrivés des 2 nouveaux bateaux, les équipages se démobilisèrent car ne pouvant rivaliser avec ces prototypes.  La motivation étant moindre, les différents bateaux était mis à l'abondant et la voile traditionnelle perdait de son élan. Joshua était pratiquement tout pourri. Le bateau de l'ALC était rangé aux oubliettes et il était sur le point de disparaître.
A la fin de l'été 2002, après les péripéties de la Belle et la reconstruction de celle-ci, un élan de solidarité c'est fait ressentir vis-a-vis ce ces canots. Certain membres du comité de l' ALC ont évoqué le souhait de remettre le bateau JOSHUA en état.
Après plusieurs mois de recherche de valeureux sponsors et la présentation du dossier complet au comité de l'ALC, la décision est prise de reconstruire JOSHUA.
Début juillet 2003, JOSHUA retrouve son élément. Pour ce renouveau, l'association décide de lui donner la couleur du COROSSOL (le fruit), c' est à dire le VERT.
Le bateau est de nouveau près pour les régates d'été 2003, il lui manque cependant son nouveau jeu de voiles.  Malgré des voiles datant du début des années 1990, JOSHUA montre un potentiel qu'on lui connaissait.  Les résultats sont moyens durant l'été mais notre première victoire était de remettre ce bateau sur l'eau.
Celui-ci est un porte drapeau de l'ALC.



Dès la fin de l'été 2003, il faut absolument trouver un sponsor pour acheter des voiles neuves afin de rivaliser avec les meilleurs. C'est chose faite en décembre.  Avec un équipage de plus en plus motivé pour retrouver au plus vite les premières places, notre sponsor officiel est trouvé: Ets H.LEDEE. Le jeu de voile est alors commandé et celles-ci seront livrées avant le 15 janvier 2004.


Tout les membres de l'équipage sont motivés pour porter haut les couleurs de Corossol et de l'ALC.

(texte et photos:BERNIER Patrick)

compteur gratuit